Dimanche 2 Octobre 2022 - 02:20

Hasard, Chance et Destinée

Blog Révélateur d'Absolu

FWH | Blog Révélateur d'Absolu 2012

Il y a des cheminements plus complexes que d’autres mais personne n’est destiné à vivre le pire. Il est des étapes auxquelles on ne peut couper, mais des perceptions que l’on entretient à chaque instant se décide la suite des opérations.

Le destin et les chemins de la destinée

Vos rêves les plus fous ne sont pas forcément utopiques, puisque la vie est précisément comme un grand rêve : tout est possible même si rien n’est évident.

Si rien n’est évident, c‘est juste que rien n’est contrôlable mentalement. Le rêve et la vie ne font que suivre un fil conducteur émotionnel. Le mental qui veut que sa volonté soit faite est donc à mettre aux oubliettes.

La Clé des Chances

Tout est possible ou presque, mais faire que sa destinée soit fête demande une première prise de conscience, celle de sa propre importance.

C’est vraiment là qu’est la clé des chances, car quels que soient les efforts accomplis, jamais on ne peut arriver à quelque chose en croyant n’être qu’un moins que rien.

Désolé mais vous n’êtes pas rien

Tout ce que vous vivez du monde est dans votre vie. Donc votre vie contient le monde. Puisque vous êtes votre vie et tout ce qu’elle contient, forcément vous n’êtes pas rien.

Vous avez tous les pouvoirs du monde car vous êtes le monde. Vous influez sur le monde car vous êtes le monde. Jamais rien de ce que vous faites ne peut être anodin.

Et si vous aviez sauvé des gens ?

Ne serait-ce que par un regard éphémère, un sourire furtif, une banale parole ou un petit geste, vous avez émerveillé des instants. Peut-être même que sans le savoir…  vous avez sauvé des gens !

Vous êtes intégralement composé(e) de poussières d’étoiles issues des confins de l’univers, donc imprégné(e) d’une expérience de 13,7 milliards d’années vécue au cœur de cette matière.

  • Ce n’est pas rien !

Le monde dans lequel vous vivez se façonne à l’image de votre vision du monde, et comme le monde dans lequel vous vivez n’est autre que le monde dans son entier, vous êtes co-créateur de tout ce qui est.

  • Ce n’est pas rien !

Le hasard n’existe pas et rien n’existe sans raison d’être. Puisque vous êtes là, vous avez une raison d’être au monde. Ou plus exactement, VOUS ETES une raison d’être pour le monde.

  • Ce n’est pas rien !

Si vous avez une fâcheuse tendance à vous considérer comme moins que rien, à croire que vous ne servez à rien, il est grand temps de réviser l’opinion que vous avez de vous-même.

Il n’y a pas pire trahison que celle faite à soi-même. Or, se prendre pour rien est la pire des trahisons : c’est un reniement de sa nature fondamentale, et par-là même un déni de l’univers entier.

C’est tout et ça change tout.

Si vous l’avez, perdez l’habitude de vous auto-flageller. Arrêtez de vous renier vous-même. Arrêtez de vous trahir vous-même. Acceptez ce que vous êtes et apprenez à vous aimer. C’est tout.

C’est tout, mais à la base de tout. C’est tout, mais tout a fait incontournable. C’est tout, et ça change tout !

Si déjà vous arrêtez de « dérailler » sur vous-même, ça vous remettra illico d’aplomb sur les rails de la destinée et adoucira donc votre destinée. Car il y a LA destinée et VOTRE destinée.

Les 2 destinées

La première est globale (la même pour tout le monde) et n’est autre qu’une profonde prise de conscience : saisir sa véritable Source, ressentir son Essence fondamentale, appréhender émotionnellement « Qui l’on Est » vraiment (dans l’Absolu).

Le deuxième vous est personnelle et n’est autre que le cheminement qui vous est nécessaire pour accomplir la première ! Quelles que soient les voies de votre destinée, de toute façon elles vous mèneront toutes à la même destination : VOUS en tant que TOUT.

Pourquoi ça se complique…

On a souvent l’impression qu’il faudra des lustres pour changer une situation, et pourtant les choses sont plus simples qu’elles en ont l’air… il n’y a rien à faire !

Car votre destinée n’est autre que la voie qui vous amène à prendre conscience que vous êtes « tout ». Dans l’absolu vous n’avez rien à « faire » mais tout à « être ».

La rallonge,

C’est en voulant sans cesse « AVOIR » (pour être) que l’on prend de grands détours compliqués parsemés d’illusions et de désillusions, avant d’en arriver complètement essoufflé à l’évidente universalité « ÊTRE » (pour avoir).

… le raccourci,

Le raccourci, c’est de saisir dès maintenant qu’au plus profond de votre être vous êtes véritablement « Tout » – donc beaucoup plus Grand que vous ne le pensiez !

… et la grossière erreur !

Attention néanmoins de ne pas se laisser aller à la comparaison (le plus puissant piège de la relativité) : si vous sentir « grand » vous amène à vous croire « supérieur », vous tombez dans un piège sournois… et faites une belle erreur !

En tant que « Tout », personne n’est supérieur – ni inférieur – à quelqu’un d’autre. Cette compréhension est essentielle à l’instauration d’une juste humilité. Sans elle vous devenez imbu de vous-même.

Une autoroute (presque) sans péages

Une fois tout ça capté, vos chemins sinueux et escarpés se métamorphosent comme par miracle en belle autoroute : votre parcours devient alors plus linéaire, moins chaotique, et vous avez régulièrement accès à de jolies aires de repos pour vous ressourcer.

Ca ne veut pas dire qu’il n’y a plus jamais aucun problème, houlà non ! Aussi belle que soit votre autoroute, vous êtes régulièrement obligé de vous arrêter aux péages ! Cela signifie juste que vous verrez les problèmes d’une toute autre façon.

Toute la différence est là

En tant que « moins que rien », même un petit problème apparaît monstrueux et insurmontable à vos yeux, tandis qu’en tant que « tout », même un gros problème vous apparaît suffisamment petit pour être résolu.

Toute la différence est là. Ce n’est pas réellement le monde qui change autour de vous. C’est juste que vous entretenez une nouvelle vision du monde. Mais finalement ça revient au même, car alors à vos yeux le monde a réellement changé !

Pour conclure (ouf ! oui je sais…)
et pour le meilleur des mondes

Le pire est de se voir insipide et insignifiant ; de se trahir soi-même ; de ne pas s’aimer soi-même ; d’être en conflit avec soi-même : car soi-même…  c’est aussi le monde !

On ne voit du monde que ce que l’on voit de soi-même. L’image que vous renvoie le monde est intimement liée à la perception que vous avez de vous-même.

Si vous voulez changer le monde, c’est en vous que ça passe et non dans un extérieur. C’est sur vous qu’il faut travailler et non à côté. Il n’y a rien en dehors de vous.

Pour tout le monde, la plus haute destinée consiste sans conteste à voir et donner le meilleur de soi-mêmeD’accord, ça ne casse pas des briques en apparences… sauf qu’en pratique il n’y a pas mieux pour créer le meilleur des mondes …

fin d'article blog chance

 

Ne vous arrêtez pas en si bon chemin,
regardez ce qui vous attend encore :

Un peu de partage ?
Étiquettes : , , , ,

Un petit commentaire peut-être ?
(un avis, une impression, un souvenir de votre passage...)

Intégrer le lien vers mon dernier article (do-follow)

Etre prévenu par email des prochains commentaires sur cette page.
Pour juste s'abonner sans commenter cliquez ici